Le Rouge et Or remporte son quatrième titre national

 QUÉBEC (le 3 mars, 2013) – Le Rouge et Or de l’Université Laval a remporté le quatrième titre national de son histoire dimanche soir, mais un tout premier devant ses partisans, en prenant la mesure des Marauders de McMaster en quatre manches de 26-24, 22-25, 25-22 et 25-21 lors de la finale du championnat de volleyball masculin de SIC.

Établi cinquième favori à l’aube du tournoi, le Rouge et Or aura vaincu trois formations mieux classées que lui pour rafler son premier trophée Tantramar depuis 1994, soit les Golden Bears de l’Alberta (No. 4), les Bobcats de Brandon (No. 1) et McMaster (No. 3). Le Rouge et Or, qui a également été sacré champion en 1990 et 1992, réalise l’exploit pour la première fois en neuf tentatives lorsque le championnat est présenté en ses murs. Il avait remporté ses deux premières bannières à Winnipeg et la troisième à Halifax.

Avec leur triomphe, les Lavallois, qui avaient atteint la finale l’an dernier à Kingston, mettent également un terme la domination de la conférence Canada-Ouest, qui avait remporté les 18 derniers titres.

Quant à McMaster, les champions ontariens récoltent malgré la défaite le meilleur résultat de leur histoire, une médaille d’argent. Les Marauders n’avaient auparavant jamais fait mieux qu’une quatrième place, acquise en 2009.

« Ça fait longtemps qu’on l’attendait! » s’est exclamé l’entraîneur-chef des champions Pascal Clément. « Toute la semaine, j’ai refusé d’y penser. Il fallait y aller un point à la fois. Mais dans le quatrième set, j’ai eu de la difficulté à ne pas y penser. À partir de 19, j’ai su que ça y était », a avoué celui pour qui c’est un deuxième titre à la barre du Rouge et Or.

« C’est du bonheur! Les jeunes ont été courageux et ils ont osé. Je ne me souvenais pas du sentiment. Ça fait tellement longtemps! C’est tellement gros, en plus que c’est chez nous. Je suis ce groupe depuis quatre ans. Je suis content pour eux », a ajouté Clément.

Les Marauders ont pourtant bien amorcé la finale, notamment grâce aux puissantes attaques marquantes de la recrue de l’année au pays, Dany Demyanenko (Toronto, Ont.). À 4-1, le Rouge et Or s’est mis à jouer du volleyball inspiré, notamment le joueur le plus utile du RSEQ Frédéric Mondou (Verchères, Qc), qui a relevé quelques ballons de façon spectaculaire. Le pointage est demeuré serré, mais des erreurs des Marauders au service ont permis à Laval de prendre les devants et de prendre la pause obligatoire en tête 16-13. Les problèmes au service ont continué de hanter McMaster dans la deuxième portion du set. C’est notamment ce qui a permis à l’équipe locale de servir pour la manche à 25-24 et de concrétiser sa victoire.

Les deux équipes se sont échangé des points au début du deuxième engagement. La bruyante foule du PEPS a continué d’intimider les serveurs de McMaster, mais ceux de Laval ont aussi eu leurs difficultés. C’est notamment le cas du meilleur habituellement à ce chapitre chez le Rouge et Or, Tommy Bélisle, dont la quatrième erreur au service du match, a marqué le début d’une séquence de quatre points consécutifs des Marauders, qui menaient alors 12-8. Partis de 16-12 au temps mort technique, les champions de SUO ont vu Laval s’approcher à un point, mais n’ont jamais cédé leur avance, en route vers un gain de 25-22.

La guerre de tranchée s’est poursuivie lors de la troisième manche. Les attaques marquantes de Mondou d’un côté et de Demyanenko de l’autre ont donné le ton. McMaster a perdu plusieurs points sur des erreurs techniques au filet, mais s’en est tout de même tiré avec une mince avance de 16-15 à la mi-manche. En tête 21-19, les Marauders ont fait trois erreurs de suite, les deux dernières sur des attaques à l’extérieur, et Laval a repris le contrôle 22-21.

L’entraîneur-chef du Rouge et Or Pascal Clément a ensuite eu la main heureuse en insérant le centre Anthony J. Campbell (St-Hyacinthe, Qc) dans la formation. Ce dernier a réussi deux blocs assistés qui ont fait 23-22 puis 25-22 Rouge et Or, qui prenait ainsi les commandes 2-1.

L’attaque diversifiée de Laval s’est mise en marche tôt dans le quatrième set. En avant 6-5, les champions du RSEQ ont vu Tommy Bélisle (Pierreville, Qc) et Frédéric Mondou enchaîner trois attaques marquantes, puis Bruno Lortie (Ottawa, Ont.) réaliser un bloc opportun, qui portait le score 12 à 8 en faveur du Rouge et Or. L’avance de trois points que Laval détenait à la pause technique ne s’est jamais complètement dissipée. Les Marauders se sont bien approchés à 21-20, mais les attaques de Mondou et Bélisle ont permis à l’équipe hôtesse de se donner une chance de servir pour le championnat, à 24-21. Une chance qu’ils n’ont pas raté, semant l’hystérie dans le stade couvert du PEPS de l’Université Laval.

Chez les champions, l’attaquant Tommy Bélisle a été élu joueur par excellence de la rencontre, alors que du côté de McMaster, ce titre est allé à un autre attaquant, Dany Demyanenko.

Le centre du Rouge et Or Jérémie Lortie (Ottawa, Ont.) a été élu joueur par excellence du championnat de volleyball masculin de SIC 2013. Il a évidemment pris place sur l’équipe d’étoiles du tournoi, tout comme son coéquipier, le passeur Justin Boudreault (St-Joseph de Beauce, Qc).

Les finalistes ont aussi deux représentants sur la formation étoilée, soit l’attaquant Dany Demyanenko et le passeur Austin Campion-Smith (Bowmanville, Ont.). Trois attaquants complètent l’équipe élite, soit Jay Olmstead (Edmonton, Alb.) des Golden Bears de l’Alberta, Sam Tuivai (Auckland, N.-Z.) des Bobcats de Brandon et Garrett May (Toronto, Ont.) des Mustangs de Western. Julio Fernandez, des Varsity Reds de UNB, a pour sa part reçu le prix de l’esprit sportif R.W. Pugh.

Mentionnons que plus tôt dans la journée, les Bobcats de Brandon ont effectué une spectaculaire remontée pour rafler la médaille de bronze, eux qui tiraient de l’arrière deux manches à zéro et 22-20 au troisième set face aux Mustangs de Western.

Les Golden Bears de l’Alberta ont quant à eux battu les Spartans de Trinity Western trois manches contre une, dans le duel pour la 5e place.