Le Canada voit de l’espoir dans la défaite contre la Pologne au championnat du monde de volleyball masculin

par Ted Graham à Triestre

TRIESTRE, Italie – Dans les premières portions de deux sets au championnat du monde de volleyball masculin, le Canada a paru être en mesure de faire à une équipe polonaise une surprise – mais les champions d’Europe 2009 ont tenu le coup et arracher une victoire 3-0 (25-22, 25-21, 25-13) dans le premier match du groupe F

Après que le Canada se soit donné une avance rapide de 9-6 dans le premier set grâce à une attaque musclée de l’ailier en puissance Fred Winters et d’exploits défensifs du libéro Dan Lewis, il a paru en bonne position de profiter du lent départ polonais.

Vers la fin, après avoir égalé 22-22, le Canada a perdu deux services et a mal contrôlé une passe pour glisser en arrière 24-22.

«Nous avions besoin de faire des choses simples à ce moment, a dit l’entraîneur-chef Glenn Hoag, mais nous nous sommes compliqué la vie et nous n’avons pas pu gérer la fin du set.»

Hoag a essayé de trouver la bonne combinaison pour organiser son attaque, changeant les passeurs au milieu du deuxième set en activant Dustin Schneider pour remplacer le débutant Joshua Howatson. L’équipe a aussi affronté des problèmes au centre alors que le capitaine de l’équipe Louis-Pierre Mainville et Adam Simac n’ont combiné leurs efforts que pour quatre points et ont commis le double d’erreurs.

«La Pologne ne respectait pas notre centre, a commenté Hoag. Donc ils ont envoyé leurs bloqueurs à l’extérieur, ce qui a rendu les choses plus difficiles pour marquer.»

Même si le stade Palatrieste était couvert de rouge et de blanc, les couleurs étaient celles de la voisine Pologne dont les partisans n’avaient qu’un voyage de deux heures à faire pour se rendre dans la ville côtière italienne de Trieste. Les bruyants partisans polonais étaient satisfaits de voir leur équipe gagner, mais le Canada a aussi obtenu le respect des entraîneurs de leurs adversaires.

«Nous ne nous attendions pas à ce que le Canada soit aussi fort, a dit l’entraîneur polonais Daniel Castellani. Dans les deux premiers sets les Canadiens ont offert de solides attaques et une très bonne défensive.»

Le meilleur marqueur du Canada avec 11 points a été l’ailier en puissance Gavin Schmitt, de Saskatoon. Schmitt a dit: «Nous avons montré que nous pouvons jouer à ce niveau, mais nous avons perdu à cause d’un manque de constance.» Schmitt, qui mesure 204 cm, est à un niveau en soi avec une impressionnante portée à la frappe de 364 cm (une statistique qui le place parmi un groupe d’élite de concurrents dans ce tournoi). Mais lui-aussi a éprouvé des difficultés avec son efficacité de frappe et il a terminé le match avec cinq frappes bloquées.

Le Canada affrontera une des équipes favorites pour une médaille, la Serbie, demain à 17 h, heure locale. Son dernier match dans le groupe préliminaire aura lieu le lundi 27 septembre contre l’Allemagne. Seulement les trois premières équipes de chaque groupe de quatre se qualifieront pour la deuxième ronde.

Parmi les meilleurs dans les statistiques il y a Fred Winters avec neuf points.

L’alignement de l’équipe canadienne pour le championnat du monde de volleyball masculin de la FIVB 2010

Joueurs: Dallas Soonias, Red Deer, Alta.; Adam Simac, Ottawa; Louis-Pierre Mainville, Notre-Dame de l’Isle, Qué.; Dan Lewis, Oakville, Ont.; Nicolas Cundy, Edmonton; Toon Van Lankvelt, Rivers, Man.; Frederic Winters, Victoria; Gavin Schmitt, Saskatoon; Adam Kaminski, Chatham, Ont.; Dustin Schneider, Brandon, Man.; Josh Howatson, Victoria; Olivier Faucher, de Plessisville, Qué.; Gord Perrin, Creston, B.C.; Justin Duff, Winnipeg.

Entraîneur-chef: Glenn Hoag, Gatineau, Qué.

Entraîneur adjoint: Vincent Pichette, Gatineau

Gérant de l’équipe: Julien Boucher, Québec