L’étoile de volleyball de Grande Prairie Ciaran McGovern relève de nouveaux défis

 

OTTAWA (le 20 décembre 2012) – Les premiers mois en tant que joueur de volleyball professionnel outremer n’ont pas été faciles pour Ciaran McGovern. Le joueur de volleyball de 23 ans de Grande Prairie a signé son premier contrat professionnel cet automne avec le GO Volley, situé à Nova Gorica, en Slovénie, dans la meilleure ligue de ce pays.

Les ajustements à une nouvelle langue, de nouveaux coéquipiers, une nouvelle ligue et une philosophie de jeu et d’entraînement différente ont accueilli McGovern dans le monde du volleyball professionnel.

Il jouera son dernier match avant le congé de Noël, samedi, contre l’Astec Triglac, et reviendra chez-lui pour deux semaines et demie pour célébrer la période des Fêtes. Jusqu’à maintenant, McGovern a produit 35 points en neuf matches avec sa nouvelle formation. GO Volley a quatre victoires et six défaites cette saison pour une égalité à trois en quatrième position dans la Liga.

La saison régulière a débuté le 6 octobre et se poursuivra jusqu’à la mi-mars, suivie des séries éliminatoires qui se termineront le 16 avril.

«Pour commencer la saison, j’ai subi quelques blessures qui m’ont vraiment ralenti et j’ai raté toute la pré-saison, a dit McGovern. D’autres joueurs ont aussi subi beaucoup de contretemps avec des blessures, toutefois nous commençons vraiment à progresser en équipe. Nous n’avons joué qu’un match sans blessés de toute l’année.»

McGovern a toutefois travaillé fort pour s’ajuster à sa nouvelle manière de vivre sur et en dehors du court. «Chaque situation dans laquelle vous vous retrouvez sera différente. La chose la plus importante est de travailler avec les joueurs qui vous entourent et de savoir ce qui vous convient le mieux. C’est une question de trouver des solutions aux problèmes et de grandir en équipe.»

En tant qu’athlète professionnel, il a certainement vu un environnement différent que les programmes structurés avec l’équipe nationale canadienne et au Centre d’entraînement permanent (CEP) à Gatineau. 

«Le CEP m’a aidé à me préparer physiquement pour outremer, a dit l’ancienne étoile de l’Université de Calgary. Au CEP il y a beaucoup de communication et un niveau très élevé d’entraînement avec les entraîneurs et les autres joueurs. Cela aide quand je connais les joueurs à l’avance. Jour professionnel vous fait vraiment sortir d’une zone de confort que vous recevez au Canada et vous devez pouvoir vous adapter à des styles différents.»

McGovern s’est tellement amélioré l’hiver dernier au CEP qu’il a fait partie de l’alignement du Canada pour ses matches dans la Ligue mondiale l’été dernier.

Son engagement et sa volonté de s’ajuster à ses nouvelles tâches outremers et sa maturité dans des situations difficiles montrent qu’il est encore une fois un solide candidat pour une place dans Équipe Canada.

 

www.volleyball.ca