Julien Boucher de retour du Japon

CHAMPIONNAT DU MONDE FÉMININ 2010
Dernier compte-rendu

17 novembre

C'est confortablement assis dans mon bureau que je vous écris ces dernières lignes. Nous sommes rentrés du Japon lundi soir et je n'ai pas eu le courage de le faire avant. Avec les attentes dans les aéroports et les vols eux-mêmes notre voyage aura duré environ 28 heures. Mais je vous avouerai que ça en a valu la peine. Après près d'un mois à l'étranger, nous ne sommes pas fâchés de rentrer à la maison et de retrouver les vastes espaces de notre merveilleux pays.

Les derniers matchs auxquels nous avons assisté en ont valu la peine également. Autant nous sommes restés sur notre appétit durant la deuxième ronde, autant la troisième aura été fertile en émotions. En commençant d'abord par les Japonaises qui ont réussi à s'approprier la médaille de bronze face aux Etats-Unis en cinq sets après avoir presque battu les Brésiliennes la veille par le même pointage. Le Japon aura été sans aucun doute notre coup de cœur de ce championnat, tant par sa combativité que par son exécution technique sans faille. L'équipe a été menée de main de maître tout au long du tournoi par leur passeuse de 1m59 (non, ce n'est par une erreur), Takeshita, elle qui avait été nommée joueuse par excellence il y a quatre and alors que son équipe avait terminée au 6e rang. Les Etats-Unis n'ont pas réussi è maintenir la pression sur leurs adversaires et leur exécution tactique n'aura pas suffi a vaincre une équipe Japonaise beaucoup trop motivée par ses 12,000 partisans. Il faut ajouter à l'équation un trop grand nombre de fautes commises par les 2 meneuses américaines, Logan Tom et Destinee Hooker.

La Russie, pour la 7e fois de son histoire, a remporté l'or en dominant les Brésiliennes par 3 sets à 2, à l'issue d'un match qui ressemblait beaucoup plus à du volley masculin que féminin. C'est Ekaterina Gamova qui a été l'inspiration de ses coéquipières pendant tout le match. Elle a finalement été nommée joueuse par excellence du tournoi, un honneur tout à fait mérité. À noter que la Russie avait écrasé les Américaines la veille en demi-finale, en trouvant tout de même le moyen d'échapper un set par la marque de 25-13!

3 des 4 autres finales se sont terminées par la marque de 3-0. Seule l'Allemagne a échappé un set face à la Serbie pour s'approprier la septième position, meilleur résultat de son histoire. À noter la défaite de 3-0 des Cubaines face aux Pays-Bas pour conclure un tournoi très décevant. Cuba termine donc 12e.

Le bilan de ce tournoi pour notre équipe est sensiblement le même que celui qui a suivi le Championnat masculin: nous sommes une coche en dessous des équipes de points au niveau mondial et nous avons beaucoup de travail à court et à moyen terme afin de préparer la qualification olympique de l'an prochain et surtout celle de 2016. Maigre consolation, par contre: outre Cuba, deux autres équipes de notre zone ont connu des tournois affreux. En effet, La République Dominicaine (que nous aurions dû vaincre à notre dernier match) et Porto Rico ont terminé toutes deux au 17e rang.

Voici ce que réserve l'avenir immédiat à nos joueuses pour la saison à venir. 6 d'entre elles sont présentement avec leur équipe de club professionnel: Tammy Mahon (AO Panathinaikos en Grèce), Tiffany Dodds (Ageo Medics au Japon), Tonya Mokelki et Marissa Field (SV Sinsheim en Allemagne), Sarah Pavan (Korea Expressway en Corée) et Carla Bradstock (Rabita Baku en Azerbaïdjan). Julie Young, Tasha Holness et Brittney Page seront de retour à Winnipeg en janvier - si elles ne se trouvent pas de contrat pro – et rejoindront Nadine Alphonse, Claire Hanna, Beth Clark, Marie-Pier Murray-Méthot et Kelci French. Janie Guimond sera à Montréal jusqu'au printemps alors que Lauren O'Reilly (TWU), Jenn Hinze et Kyla Richey (UBC) ont déjà rejoint leur équipe universitaire.

En terminant, je me dois de féliciter Lupo qui a été le grand gagnant de notre pool. Je termine en 3e place en vertu d'une dernière journée quasi parfaite (5 gagnants sur 6, la meilleure fiche de la journée).

Bonne saison 2010-2011.

JB  


11 novembre

L'agglomération de Tokyo compte plus de 30 millions d'habitants – environ le quart de la population japonaise. La ville elle-même, avec ses 23 arrondissements, en compterait environ 10 millions. Pas étonnant que Tokyo soit l'une des villes les plus animées au monde. Et surtout l'une des plus illuminées. Nous y sommes depuis lundi après midi. Nous avons voyagé entre Nagoya et Tokyo en train ultra rapide et sommes arrivés à la gare de Tokyo, apparemment la plus achalandée de la planète. Nous sommes logés à l'hôtel Keio Plaza, au cœur de l'arrondissement Shinjuku, hôtel 5 étoiles qui est aussi frénétique que le quartier qui l'entoure.

Côté volleyball, la deuxième ronde est terminée depuis mercredi soir. Les jeux sont faits. On connaît les demi-finalistes pour les positions 1 à 12. La ronde des médailles verra la Russie affronter les Etats-Unis tandis que le Brésil devra se méfier des surprenantes Japonaises.

Au niveau de la qualité des matches, nous restons tout de même un peu sur notre appétit. Ici, à Tokyo, où nous avons assisté aux deux dernières journées de la deuxième phase, les matchs de grande qualité furent peu nombreux: 6 résultats de 3-0 sur 8 matches. Au total près de 50% des matches se sont terminés 3-0 et seulement 2 matches sur 32 se sont rendus à la limite des 5 sets. Et toujours cette même statistique que pendant la première ronde: près du quart de tous les sets joués se terminent par la marque de 25-25 ou moins!

Le match Pologne-Turquie n'a pas déçu, alors que le match Japon-Russie a donné lieu a plusieurs échanges inoubliables et a même vu le Japon prendre une manche aux puissantes Russes. Il faut dire que tous les matchs du Japon sont un spectacle en eux-mêmes. Les organisateurs y mettent vraiment le paquet. On ajoute même une pause de 10 minutes entre la deuxième et troisième manche pour permettre des mini-spectacles. Je vous laisse le soin de deviner quelle manche les Japonaises ont remporté contre les Russes!

Dans l'autre poule, le match Brésil-USA a été, semble-t-il assez relevé. L'autre match clé a sûrement été l'affrontement entre l'Italie et Cuba. Ce match s'est joué après celui des Américaines et les Italiennes pouvaient toujours espérer se qualifier pour les demi finales en battant les Cubaines en marquant 19 points de plus. Alors que la 1ère manche s'est terminée 25-19 pour l'Italie, la deuxième a été beaucoup plus serrée. Nous nous sommes même fait dire que les Italiennes auraient "gaspillé" cette manche alors que le pointage était 23-23 et d'essayer de remporter les deux suivantes par une marge plus grande! Ce qu'elles n'ont pas su faire et elles se sont finalement inclinées 3-2.

Dernier point à souligner (et non le moindre): notre pool a pris un tournant inattendu. Après la deuxième ronde, c'est maintenant Lupo qui est en tête avec 35 points, à égalité avec Scott - après tout, ce sont eux les entraineurs. Janek suit de près avec 34. Je ferme la matche avec 31 points mais j'ai un ou deux atouts cachés pour la ronde finale !!!

À bientôt,

JB 


6 novembre

 

Nous sommes à Nagoya depuis maintenant 2 jours. Jeudi soir, notre transfert depuis Osaka avait duré 45 minutes en Bullitt Train, le TGV japonais. Assez impressionnant. Puis, vendredi, nous avons profité d'une journée de congé total. Lupo, Scott et moi avons été rejoints par Janek Matthes, entraineur allemand et copain de Lupo, qui s'occupait, depuis le début du championnat, de faire de l'observation Datavolley à Tokyo. Nous serons donc 4 à observer les matchs des deux dernières rondes.

Hier, début de la deuxième phase. À Tokyo, la poule E comprend la Russie, le Japon, la Pologne, la Turquie, la Corée, La Serbie, la Chine et le Pérou. Ici, à Nagoya, ce sont les USA, le Brésil, les Pays Bas, l'Allemagne, l'Italie, Cuba, la République Tchèque et la Thaïlande qui s'affrontent. Les matchs d'hier ont donné lieu à du jeu très décousu dans l'ensemble, avec très peu de volleyball de haut niveau. Seule l'équipe américaine a offert un spectacle intéressant, marquée par une constance du début à la fin de son match contre la République Tchèque. Les Cubaines ont été très décevantes et ont baissé pavillon 3-1 contre une équipe hollandaise très grande mais peu dynamique. Le Brésil n'a fait qu'une bouchée de la Thaïlande alors que le match Italie-Allemagne s'est joué en deux temps et a vu l'Italie remporter le match 3-1 en dominant complètement son adversaire dans les deux dernières manches.

Pour les mordus de statistiques, voici quelques chiffres intéressants au sujet de la première phase du championnat du monde

Manches à sens unique
Sur toutes les manches disputées au cours de la première ronde, 26% se sont terminées par des pointages de 25-15 ou moins. Évidemment, ce résultat est influencé grandement par la différence de niveau entre les équipes de pointes et celles de bas de tableau dans chacune des quatre poules originales. Par contre, plusieurs exceptions existent, comme l'Italie qui perd 25-7 contre le Brésil et la Russie qui perd 25-11 contre la Turquie. On pourrait également penser que ce phénomène ne s'applique qu'à la première phase. Et bien non, comme en témoigne la toute première manche jouée ici hier, où les Pays Bas ont écrasé Cuba 25-12. En fait, 5 manches se sont terminées par un pointage de 25-15 ou moins hier dans la poule F et 4 dans la poule E à Tokyo.

Pourcentage d'efficacité à l'attaque (merci à Chris Green pour avoir compiler ces statistiques)
Des 24 équipes présentes lors de la première ronde, toutes celles qui ont une efficacité à l'attaque de 21% ou plus se sont qualifiées. Cette statistique est calculée en soustrayant les erreurs à l'attaque (balles out et contrées) des attaques gagnantes et en divisant ce résultat par le nombre total d'attaques effectuées. La seule exception est la Croatie (25%) qui a terminée au quatrième rang de sa poule à égalité avec Cuba et la Thaïlande mais qui a été éliminée aux points. Le Canada termine au 20e rang avec 18,5% d'efficacité mais au 11e rang en terme du nombre d'erreurs à l'attaque pour toute la ronde (74 en 5 matchs).

Le rendez-vous des "poolers"
Lupo, Janek, Scott et moi avons débuté un pool de la deuxième ronde. Nous faisons nos choix pour les 4 matches du jour. 3 points pour le bon gagnant et le bon pointage et 1 point pour le bon gagnant. Après la première journée, je mène avec 8 points, suivi de Scott avec 7, de Lupo avec 6. Janek ferme la marche avec 4 points. À suivre.

À bientôt,

JB  


Journée #13 – 3 novembre – Canada-République Dominicaine

Quelques experts avaient surnommé notre match le "duel Norceca". La République Dominicaine n'avait pas encore gagné de match et leur objectif était de se racheter contre nous.

Il s'en est fallu de peu pour que nous remportions la deuxième manche après avoir dominé la première. Mais notre incapacité à finir les sets s'est à nouveau installer – nous avons eu 2 chances de conclure au deuxième - et la confiance des Dominicaines est revenu au galop, elles, qui jusque là, avaient joué un match très moyen. Nous n'avons jamais réussi à revenir dans le match. Il s'est terminé 3 à 1: 25-21, 26-28, 11-25 et 20-25.

Cette fois-ci, c'est notre difficulté à marquer en phase de réception de service qui nous a coulé. Pas beaucoup d'erreurs directes à l'attaque (12 en 4 manches) mais surtout un manque de "punch" et une efficacité hors pair des Dominicaines à convertir en points les balles défendues. Bref, le scénario d'hier s'est réécrit et a causé le même résultat. C'est dommage de rentrer à la maison avec des regrets mais nous ramenons aussi une expérience accrue qui devrait bien servir notre jeune groupe dans les mois à venir.

Alors que la plupart des filles repartent en début d'après midi, Lupo, Scott et moi avions déjà décidé de rester ici coûte que coûte afin d'observer le reste du tournoi. Nous partons donc pour Nagoya ce soir et déménagerons à Tokyo le 8 novembre.

Ceci est mon dernier compte-rendu officiel en ce qui concerne notre équipe, mais je vous ferai un premier bilan dans quelques jours.

À bientôt,

JB 



Journée #12 – 2 novembre – Canada-Turquie (le jour 11 était jour de congé)

 

Jouer un match à 13h30 dans un championnat du monde semble un peu irréel. On se serait cru à un entrainement à Lipsett Hall (ancien gymnase d'entraînement de l'équipe à Winnipeg) beaucoup plus qu'à un match au Japon quand nous sommes arrivés à la salle tant les spectateurs – et le personnel – était peu nombreux.

Ça n'a pourtant pas semblé influencer le rendement de l'équipe car nous venons de jouer notre meilleur match jusqu'à maintenant. Ou, devrais-je dire, notre meilleur demi match. En effet, nous avons contrôlé les 2 premières manches (25-19, 25-20). La Turquie ne savait pas trop ce qui lui arrivait. Une bonne exécution, surtout au service, avait réussi à donner le ton au match. Nous avons marqué 7 as dans le match, tous les 7 dans les 2 premières manches. Ironiquement, nous avons même contrôlé le déroulement de la troisième manche tant nous avons été erratiques, commettant 12 fautes directes. Pointage 14-25.

L'entraîneur turc a pris un temps mort alors que nous menions 6-3 au quatrième set. Puis le vent a chaviré et nous sommes devenus impuissants à marquer. Au 2e temps mort technique, la Turquie menait 16-9, et nous ne les avons plus inquiété. 2 de leurs joueuses substituts nous ont fait très mal et notre capacité à exécuter s'est envolée en fumée. C'est dommage, car les filles méritaient mieux. À ce niveau, la moindre perte de concentration ne pardonne pas. Les 2 dernières manches se sont terminées 17-25 et 8-15.

Petite consolation, on s'améliore de match en match. Demain, rendez-vous avec la République Dominicaine pour la cinquième place de notre poule et pour l'honneur.

Le match est 13 heures!

JB


Journée #10 – 31 octobre – Canada-Russie

13-25, 16-25, 21-25. Le pointage final reflète très bien l'allure de notre match d'hier soir. Contre une équipe comme la Russie, championne en titre, toutes les erreurs sont coûteuses et la plupart des occasions de marquer inutilisées sont transformées en points pour l'adversaire.

Nous avons abordé le match un peu sur les talons en respectant un peu trop nos adversaires (les mots de Lupo en conférence de presse). Par contre, une fois la nervosité estompée, nous avons été en mesure d'élever notre niveau de jeu et de nous rapprocher au troisième set. Mais ce fût trop peu, trop tard.

Aujourd'hui, journée de congé bien méritée pour tous et toutes. Je vous reviens suite à notre match contre la Turquie.

JB 


Journée #9 – 30 octobre – Canada-Chine

Un ancien entraineur hollandais, M. Peter Murphy, que je connais depuis plusieurs années, est venu me voir après le match et m'a dit: "Si votre équipe arrivait à jouer entre 20 et 25 matchs par année contre des équipes de haut niveau, vous seriez en bonne posture". C'est donc dire qu'en dépit d'une meilleure performance que la veille, le résultat reste le même: nous avons perdu 3-0 ce soir contre la Chine par la marque de 16-25, 19-25 et 10-25.

Nous avons pourtant mieux contré, mieux défendu et avons été beaucoup plus dynamiques. Mais la Chine possède trop d'atouts offensifs et est surtout une équipe beaucoup plus expérimentée. Nous n'avons pas été capables de maintenir le peu de pression que nous avons mis sur les chinoises et avons été forcées à commettre trop d'erreurs, dont certaines dans des moments cruciaux. La meilleure marqueuse a été Tiffany Dodds avec 8 attaques gagnantes et 3 contres, suivie de Sarah Pavan avec 9 points.

L'atmosphère est tout de même plus joyeuse que la veille car les filles sentent qu'elles ont au moins accompli un des objectifs: élever notre niveau de jeu.

Nous affrontons la Russie demain (à 15h30, donc 3h30 cette nuit dans l'est du Canada). Gros test donc, mais surtout grande occasion d'affronter une autre puissance mondiale.

À demain.

JB 


Journée #8 – 29 octobre – Canada-Corée

C'est avec la mine un peu basse que nous rentrons à l'hôtel. Nous venons de perdre 3-0 contre la Corée: 19-25, 19-25 et 14-25. Pourtant, Lupo et Scott avaient vu juste: la Corée n'est pas une grande équipe et était vraiment à notre portée. Nous n'avons tout simplement pas été en mesure de saisir la chance qui nous était offerte. Il est difficile de gagner des matchs de volleyball en ne marquant que très peu de points sur notre phase de service. Nous avons eu beaucoup de mal à convertir en points les balles que nous avons défendues. Comme notre contre n'a pas été à la hauteur, nos défenseurs arrière ont pataugé dans l'incertitude pendant tout le match. Le bilan: 2 contres gagnants seulement, avec très peu de balles touchées.  

À notre défense, les coréennes ont été très efficaces en attaque et leur combinaisons tactiques à 2 joueuses avant ont réussi à déstabiliser notre contre toute la soirée. En plus, leur joueuse opposée – que nous n'avions vue sur aucune des vidéos visionnées – a joué un grand match, laissant dans l'ombre leur habituelle meneuse, la #10, Kim.

Sarah Pavan a été notre joueuse la plus utile marquant 14 fois à l'attaque et ajoutant 1 contre gagnant. Tiffany Dodds l'a appuyé de 7 attaques gagnantes.

Demain, la Chine nous attend, elle qui vient de s'incliner 3-1 contre la surprenante équipe de la Turquie. Elles auront sans doute "très faim" et nous aurons du pain sur la planche. Mais il nous reste tout de même 4 matchs pour se relever et montrer de quoi on est vraiment faits.

Bonne nuit (ou bonne journée) et à demain.

JB


Journée #7 – 28 octobre

La dernière journée pré tournoi tire à sa fin. Le compte à rebours est commencé. Dans 18 heures, nous affrontons la Corée. Nous venons en fait de terminer la séance vidéo. Celle-ci s'est déroulée en deux parties. Pour la première, 2 joueuses devaient faire un rapport verbal sur notre adversaire de demain et parler de l'histoire du pays, de sa culture, etc… Tiffany et Julie ont fait un excellent boulot. Comme c'était la première séance, Tammy et Carla avaient, elles, le devoir de faire l'historique du championnat du monde depuis sa création. La deuxième partie, plus traditionnelle, a vu Lupo présenter un montage data volley des tendances offensive individuelles des attaquantes coréennes.

L'entraînement du matin s'était très bien déroulé. Une demie heure sur le terrain d'échauffement puis une heure sur le terrain de compétition. Les filles ont l'air fin prêtes et le moral est au plus haut.

Le match aura lieu à 16h15 heure du Japon, donc à 3h15 du matin heure de l'est du Canada.

À demain,

JB


Journée #6 – 27 octobre

 

Nous sommes finalement à Osaka. Nous sommes arrivés à l'hôtel Sheraton Miyako vers 20h15 hier soir, après 3 heures d'autobus entre Ageo et Narita, un vol d'une heure et demie entre Tokyo et Osaka puis une autre randonnée en autobus d'environ une heure. Inutile de dire que tout était prêt à notre arrivée. Les clés des chambres d'hôtel, le repas du soir, l'horaire des 6 prochaines journées, et j'en passe. L'efficacité japonaise ne cesse de m'épater. Même la réunion préliminaire - preliminary inquiry - s'est déroulée très promptement et n'a duré que 20 minutes. C'est sans doute un nouveau record!

L'atmosphère est déjà différente. Les filles sont toutes très excitées à l'idée de finalement commencer à jouer. La première personne que j'ai vue à l'entrée de l'hôtel était nulle autre que l'attaquante russe de 2m 02 Ekatarina Gamova signant des autographes.

Ce matin, entrainement d'une heure et demie au site de compétition, le gymnase municipal central d'Osaka.

À bientôt.

JB
 

 

Journée #5 – 26 octobre – Match amical Ageo Medics-Canada

Le nom de la ville est Ageo. C'est là où nous habitons depuis hier soir. Ageo est une banlieue située à 15 kilomètres au nord-ouest de Tokyo. Le nom du club est Ageo Medics. Le propriétaire est l'Hôpital Général d'Ageo. C'est ce club qui nous prend en charge durant notre séjour ici et qui avait fait les arrangements pour venir nous chercher en autobus hier soir après le match contre la Pologne. Son équipe première, contre laquelle nous avons joué ce soir, évolue en V. Challenge League, l'équivalent de la deuxième division ici au Japon. Elle est entrainée par Toshiaki Yoshida, connu aussi sous le nom de Toshi, entraineur chef de l'équipe féminine des USA entre 2000 et 2004. C'est aussi l'équipe pour laquelle Tiffany Dodds évoluera cette saison.

Le match que nous venons de jouer nous laisse un drôle de goût dans la bouche. Nous avons joué 2 bons sets, avec les joueuses partantes, contre une équipe, il faut l'avouer, de deuxième niveau. Nous n'avons pas su prendre le match en charge du début à la fin et nous connaissons encore trop d'inconstance dans nos premiers contacts: au service, en réception et au contre. Nous avons pris ce match d'entraînement comme … un match d'entraînement (ce sont les mots de Lupo). Pointage final: 2-3 (20-25, 25-18, 25-19, 19-25 et 16-25).

Ce match marque la fin de notre préparation pour le championnat du monde. Nous partons pour Osaka demain après-midi. Que le spectacle commence!

À bientôt.

JB

 

Journée #4 – 25 octobre – Match amical Canada-Pologne

Longue journée que celle du 25 octobre. Entrainement d'une heure style décrassage à l'université Budo. Puis dîner et départ à 15h30 pour Tokyo. Un voyage annoncé de 2 heures qui en a pris en fait 3 et demie, évidemment à cause de la circulation infernale dans l'univers extra-terrestre du réseau d'autoroutes de la capitale. À Tokyo, pas d'heure de pointe, mais plutôt une dense circulation qui dure à toutes fins pratiques 24 heures sur 24. Le clou du voyage: notre passage devant Tokyo Disneyland et son féérique jeu de lumières nocturnes.

Le match se joue au Centre National d'entraînement Ajinomoto (compagnie qui commandite le COJ), immeuble ultra moderne inauguré en janvier 2008 qui abrite également le Comité Olympique japonais. La salle où on joue est constituée de 2 terrains de volley sans aucune autre ligne sur le plancher Taraflex permanent. Les équipes japonaises s'entraînent ici lors de leurs stages d'entraînement. À noter un système de caméras vidéo intégré, avec 4 angles différents: derrière le terrain (une à chaque bout), sur le mur de côté pour une meilleure vue des actions au filet et le dernier directement au dessus du filet au plafond. Nous ne l'avons pas vue mais je suppose que toutes ces caméras sont reliées à un système central où il est possible de visionner la même action de 4 angles différents.

Le match lui-même est un peu décevant. Nous sommes dominés dans les 3 premières manches dans toutes les facettes du jeu et perdons 16-25, 18-25, 13-25. Puis, les deux entraîneurs font tourner un peu leur effectif et nous réussissons à remporter la quatrième 25-20. La cinquième manche est relativement serrée et se termine 25-22 pour la Pologne. La Pologne est une bonne équipe au style de jeu simple, classique et très efficace. À l'image de notre match de la veille contre Budo, nous devrons apprendre de nos erreurs et relever notre niveau de jeu d'un cran.

Après le match, de retour dans l'autobus pour 45 minutes de route vers Ageo, où nous séjournerons jusqu'à notre départ pour Osaka mercredi. Enregistrement à l'hôtel puis coucher vers une heure du matin.

À bientôt.

JB

 

Journée #3 – 24 octobre

Le soleil se couche et se lève tôt au Japon à ce temps-ci de l'année. Il est 5 heures du matin et je l'attends avec impatience. La nuit a été courte mais assez reposante.

Après un entraînement matinal de 2 heures sans sauts, nous avons joué un match d'entraînement hier soir contre l'équipe masculine de l'université. Bien que nous ayons fait beaucoup de bonnes choses, nous n'avons pas été en mesure de rivaliser de vitesse et de puissance. Tous leurs joueurs, sans exception, sont relativement petits - autour des 1m80 pour la plupart – mais très bons techniquement (est-ce que ça vous surprend?) et surtout très rapides. Nous avons perdu les 5 manches 21-25, 17-25, 14-25, 13-25, 21-25. En bout de ligne, une bonne préparation pour affronter les équipes asiatiques de notre poule, la Corée et la Chine.

Lupo, Scott, David, Ben et moi avons ensuite été reçus à souper à la maison de l'entraîneur, M. Tokunaga. Charmante soirée passée autour de la table à café du salon, transformée pour l'occasion en table de repas, de 30 centimètres de hauteur et autour de laquelle on s'assoit en indien. Mes genoux s'en ressentent encore! Repas typiquement japonais avec sushis comme entrée et viandes et légumes divers grillés sur une plaque chauffante placée au milieu pour le plat principal. Et évidemment, quelques bières pour arroser le tout. Le souper fût suivi d'une "remise de cadeaux". Nos hôtes, M. Tokunaga, sa femme et ses 2 garçons, nous avaient préparé des petits sacs individuels à l'intérieur desquels se trouvaient quelques articles de papeterie japonaise. Heureusement que nous avions eu la présence d'esprit d'en apporter aussi.

Aujourd'hui, entrainement léger ce matin puis déplacement à Tokyo où nous y affronterons la Pologne ce soir. Contrairement à ce que j'avais écrit il à notre arrivée, nous allons être logés dans un hôtel à Tokyo pour les deux prochaines nuits.

À bientôt.

JB


Journée #2 – 23 octobre

 

3 heures du matin. Je n'arrivais plus à dormir, je me suis donc levé. Il semble que mon adaptation sera un peu plus laborieuse que celle en Italie.

Samedi a été une bonne journée, assez semblable aux journées d'entraînement habituelles de l'équipe. Entraînement de 9 heures à midi: 2 heures en gymnase - emphase sur le contrôle de ballon - ainsi qu'une séance de musculation d'une heure pour conclure. Deuxième entraînement de 16 à 19 heures, celui-ci beaucoup plus dynamique et axé sur la vitesse d'exécution et sur le travail à 6 contre 6.

Le même déroulement nous attends demain (dans quelques heures, en fait). Avec, en plus, une invitation à souper chez l'entraîneur de l'équipe masculine de l'université. Ce dernier a été très accommodant depuis notre arrivée. Il était à l'aéroport à notre arrivée, avec un de ses joueurs qui nous servira d'interprète. Nous avons découvert très vite que celui-ci ne parle presque pas l'anglais ce qui nous force à communiquer avec beaucoup de gestes et d'onomatopées. Par contre, il est très dévoué. Il est à toutes nos fonctions d'équipes (entrainement, repas, etc) et lui et 5 de se coéquipiers sont les meilleurs ramasseurs de balles que je n'aie jamais vus.

Je vais essayer d'aller dormir une heure ou deux.

À bientôt.

JB


Journée #1 – 21-22 octobre

Alors que votre journée ne fait probablement que commencer, la nôtre tire à sa fin. Nous sommes bien arrivés au Japon et nos hôtes nous attendaient comme prévu à l'aéroport. Après deux heures d'autobus, nous sommes finalement arrivés à l'université Budo. Entraînement d'une heure dans un gymnase très bien, puis souper à la cafétéria de l'université.

Nous essayons tous de vraiment retarder au maximum le moment de notre coucher. Les effets du voyage se font nettement sentir.

Si vous voulez en savoir plus sur l'université Budo, consultez Wikipédia (en anglais seulement):
http://en.wikipedia.org/wiki/International_Budo_University

...ou le site officiel de l'université (en japonais, avec une section limitée en anglais):
http://www.budo-u.ac.jp/

À bientôt.

JB